Chenin Blanc

HISTORIQUE

Le chenin blanc est un cépage blanc de vigne. Certains auteurs feraient remonter l’antériorité de ce cépage au 11ième, 10ième voire même au 9ième siècle. Cependant, même si la présence de vignes est bien attestée en Anjou dès ces époques là, rien ne permet d’affirmer qu’il s’agisse du chenin. Les résultats des analyses ADN ne permettent pas de dater son apparition mais montrent maintenant clairement que le chenin, tout comme le sauvignon blanc, est un descendant du savagnin. On retrouve dans la documentation les efforts de Thomas Bohier au château de Chenonceaux pour essayer d’acclimater des cépages réputés venant de toute la France. Ces démarches se sont développées sous François 1er et il est probable que le chenin ait fait son apparition à cette époque là.

Le chenin blanc a trouvé assez tôt le chemin vers l’Afrique du Sud. Suite à la révocation de l’Edit de Nantes en 1685, certains huguenots y trouvèrent refuge. Dans leurs bagages, entre autres, le chenin, qu’ils y plantèrent. Aujourd’hui, la surface de chenin cultivée Afrique du Sud et connu là-bas sous le nom de « steen » est le double de celle de la vallée de la Loire. Le chenin fut également importé en Australie dès le XIXième siècle. De nos jours, nous retrouvons dans d’autres pays producteurs du nouveau monde dont la Nouvelle-Zéelande, l’Argentine, le Chili et les Etats-Unis, le Mexique, le Brézil, l’Uruguay et le Canada.

En France aussi, le chenin a voyagé. Vers le Sud-Ouest et puis vers le Languedoc où nous le trouvons fortement représenté dans la région de Limoux. Nous retrouvons le chenin dans d’autres pays du bassin méditerranéen comme Israël et le Liban.

Suite à une mauvaise viticulture et une vinification pas très recherchée, la réputation chenin n’a pas toujours été très bonne, ce qui en faisait un cépage réputé de moindre qualité. Sous l’impulsion d’une nouvelle génération de vignerons dans le pays angevin le plein potentiel de ce cépage est mieux mis en valeur.

PHYSIONOMIE

– jeunes rameaux présentant une forte densité de poils couchés
– jeunes feuilles à plages bronzées
– les feuilles adultes ont trois à cinq lobes très dessinés, avec un sinus pétiolaire peu ouvert, voire à lobes légèrement chevauchants. Sur les lobes latéraux, les dents sont de taille moyenne, à côté convexe, et les nervures ont une forte coloration anthocyanique de couleur rouge. Le limbe est assez bullé et présente, sur la face inférieure, une densité moyenne de poils couchés.
– les grappes du sont de taille moyenne à grosse, et les baies sont petites à moyennes, et rondes.

Le chenin est particulièrement sensible à la pourriture grise, à l’oïdium, à l’eutypiose et l’esca. Il résiste mieux mildiou, au black rot et à l’anthracnose.

Un conservatoire de 200 clones a été créé en pays angevin. 8 clones sont homologués pour reproduction.

Le chenin est ecore plus versatile que le chardonnay mais il ne délivre son plein potentiel que dans un climat plus frais. On le retrouve sec, demi-sec, moelleux et même pétillant.

MOTS CLES DE LA DEGUSTATION

Selon la richesse et la maturité: fruit de la passion, pomme verte, poire, pêche. Epices tels que miel, gingembre, caramel, safran. Notes florales de fleurs de pomme et fleur d’oranger.