Viognier

HISTORIQUE

L’origine du viognier est obscure mais nécessairement liée à sa région d’origine, le Rhône septentrional, d’où il est issu de vignes sauvages. Elle est liée au celte vidu (bois) qui se retrouve dans le toponyme savoyard Vions noté en tant que Vione en 1365. Une analyse de son ADN a prouvé son origine alpine puisqu’un cépage du Piémont, le Freisa, est son descendant, celui-ci étant, par ailleurs, génétiquement apparenté au Nebbiolo.

Autrefois, il était cultivé assez communément, mais le phylloxéra puis la Première Guerre mondiale provoquèrent son abandon. Présent sur à peine 8 hectares, en 1965, sa production n’était plus que de 1 900 litres. Il a failli disparaître mais ses qualités intrinsèques, jointes à la pugnacité des vignerons producteurs de Condrieu, ont rétabli sa popularité et son marché. En 1986, il était planté sur 20 ha à Condrieu. Peu à peu l’appellation reprit sa notoriété et la superficie plantée se développa jusqu’à atteindre les 105 hectares actuels. Après être descendu dans les Côtes-du-Rhône méridionales puis dans les vignobles languedociens. En l’an 2000, il y avait dans le sud de la France 2 359 ha en production.

Depuis il a conquis très rapidement une notoriété internationale et il est de nos jours présent sur les cinq continents. Ainsi, on le retrouve en Italie, Espagne, Grèce et même en Suisse et en Autriche. C’est hors d’Europe qu’il a le plus de succès. C’est l’un des grands cépages blancs américains, principalement en Californie, où il est vinifié seul ou en complément de chardonnay, de chenin blanc ou de colombard. En Australie, où il représente une superficie de moins de 800 hectares, il est parfois vinifié en complément de syrah. Il est également planté en Afrique du Sud sur 0,5 % de la surface vinicole et il y est considéré comme prometteur.

PHYSIONOMIE

– l’extrémité du jeune rameau a une densité moyenne à forte de poils couchés;
– limbe bullé, frisé sur les bords et dont la face inférieure a une densité faible à moyenne de poils dressés et couchés;
– les dents des lobes sont de taille moyenne et à côtés rectilignes ou convexes, voire avec un côté convexe et un côté concave;
– les baies sont bien arrondies et de petite taille, tout comme ses grappes;
– les jeunes feuilles sont de couleur verte avec des plages légèrement bronzées. Les feuilles adultes, quant à elles, ont une couleur vert clair ou vert moyen, et sont de taille petite à moyenne, de forme orbiculaires, et présentent trois ou cinq lobes. Ces feuilles ont la particularité d’avoir un sinus pétiolaire ouvert à peu ouvert, et des sinus latéraux inférieurs peu profonds. On notera que la pigmentation anthocyanique des nervures est nulle.

Le viognier ne présente pas de sensibilité particulière aux maladies.

En revanche, ce cépage capricieux et difficile est généralement palissé, car il est relativement sensible au vent. Il faut le conduire en taille modérément longue modérée, avec une densité de plantation assez élevée pour obtenir de bons résultats. Son débourrement précoce l’expose aux gelées de printemps.

DEGUSTATION

Chaleureux, complexe et puissant. Les arômes les plus emblématiques sont la pêche blanche et la violette. Mais d’autres se déploient en bouche à la dégustation: zeste d’orange, l’abricot confit, les fleurs blanches –jasmin et chèvrefeuille en tête- les épices douces, le musc et le miel.