Chinon

221 domaines produisent 110000 hectolitres de vin sur une superficie de 2300 hectares avec un rendement moyen de 49 hl/ha. Le climat est océanique et continental

Des découvertes archéologiques suggèrent que la vigne était déjà cultivée dans le Chinonais dès la période gallo-romaine. A cette époque, Chinon était déjà un carrefour routier et fluvial important, à l’embouchure de la Vienne sur la Loire.

Les Abbayes de Bourgueil (XIème siècle) et Fontevraud (XIIème) contribuèrent au développement du vignoble dans la région. Sous la domination des Plantagenêts, Chinon devient le centre d’un immense domaine féodal, et ses vins sont servis à la Cour. Il semble que c’est à cette époque que le « breton » (nom local du Cabernet franc), originaire de Bordeaux, arrive dans la région en remontant la Loire à partir de Nantes.

Le vignoble de Chinon est alors « tourné vers la mer », avec un négoce hollandais actif dès le 17ème siècle. Il occupe une place de plus en plus grande jusqu’à la catastrophe du Phylloxéra à la fin du XIXème siècle qui réduisait la superficie produite de 4000 ha à 400 ha. Maintenant encore, le vignoble n’est reconstitué qu’à 60% de sa superficie originale. Chinon devient en 1937 une des premières AOC française.

Le vignoble de Chinon est situé dans le Bassin Parisien. Une complexité de terroirs, l’influence de la Vienne et de la Loire ainsi qu’un climat relativement chaud et venteux permettent aux vignerons de Chinon d’élever des vins aux caractères variés.

La majorité des plateaux sont coiffés de limons et de sables éoliens. Ils sont aussi pourvus de sous-sols composés soit d’argiles sableuses avec de nombreux silex soit de perrons. Ces derniers ont été formés par l’accumulation de silex émoussés et de spongiaires siliceux cimentés en bloc massifs, très durs et inaltérables.
Les plateaux et pentes sont faites de cornuelles et de perruches composés d’argiles à spongiaires grises blanches.
Nous discernons sur les coteaux le tuffeau jaune de Touraine et les sables coquilliers (Millages), ainsi que de la Craie grise blanche et de la Craie tendre blanche.
Les Rives de La Loire et de la Vienne sont principalement constituées de sables, graviers, et galets. Les alluvions modernes tapissent les fonds de vallées. Les alluvions anciennes, fréquemment rencontrées, sont disposées en terrasses en bordure de vallée.

Chaque millésime est marqué par une dominante de vents qui viennent soit du sud-ouest – océanique, chaud et humide -, soit d’est – continental, frais et sec -, dans une répartition de l’ordre de 45% / 55% . Dans cette région qu’on appel Jardin de la France, le climat est doux et paisible. Il se caractérise par les masses d’air, généralement d’origine océanique, qui au fur et à mesure qu’elles pénètrent sur le continent évoluent lentement. Les étés sont assez chauds, les températures maximales dépassant toujours les 33°C, les hivers sont assez doux, les températures très basses sont rares, descendant exceptionnellement sous les 10°C. La pluviométrie est répartie régulièrement sur l’année et faible de 500 à 600 mm par an.