Quincy

30 domaines produisent 12000 hectolitres de vin sur une superficie de 220 hectares avec un rendement moyen de 65 hl/ha. Le climat est

On raconte que les Bituriges Cubi, dont le territoire comprenait le village de Quincy, cultivaient déjà la vigne et qu’ils l’apportèrent aux Bituriges Vivisci dans la région de Bordeaux.

Cité dans la bulle de Callixte II en 1120, Quincy est sans doute l’un des plus vieux vignobles de la région. Le sauvignon blancy fut apporté de l’Abbaye des femmes de Beauvoir par les moines de l’ordre de Citeaux.

Quincy est ainsi le berceau historique du sauvignon blanc, le seul cépage qui règne sur le vignoble. C'est ici que le sauvignon blanc trouve ses plus belles expressions d'arômes typiques, dévoilant un vin différent des autres vignobles de la région compte tenu de la nature particulière de ses sols et de son climat. Il est aujourd'hui le cépage unique de l'appellation. Cà et là, il subsiste du sauvignon gris. En aucun cas, ce dernier ne peut représenter plus de 10% du contenu.

Le Duc Jean de Berry, Charles VII, et l’excellence reconnue de ses vins lui confèrent très tôt le titre de vin noble.

Plus tard, les vignes sont cultivées, labourées et binées grâce à la traction animale et sont protégées contre le mildiou grâce à la bouillie bordelaise. Les vins se font encore en fûts, dans les caves enterrées sous les maisons et les premières cuves en béton apparaissent. Les vignerons sont principalement des petits paysans, des artisans, des salariés qui vivent tout en cultivant de 20 ares à 1 hectare de vigne

Le vignoble renaît après le phylloxéra au début du XXe siècle. L’enracinement de la tradition viticole à Quincy et l’existence d’un groupe de vignerons professionnels dynamiques permettront une accession à l’AOC en 1936 sous l’impulsion d’Emile Roux président du Syndicat viticole. Quincy sera le premier vignoble du Centre-Loire a obtenir cette reconnaissance.

Le vignoble s'étend et il va bientôt atteindre la surface de 300 hectares plantés et fait vivre une quarantaine de domaines. Les vignes occupent un plateau incliné vers l'est, formé par une ancienne terrasse de la rivière. Les graviers et les sables siliceux déposés par le Cher, lors du quaternaire, couvrant le calcaire du Berry sont d'une épaisseur variable qui peut atteindre 6 mètres maxmum, avec des intervalles d'une couche argileuse les séparant de la roche.

Trois types de sols s’en dégagent : sablo-graveleux sur des formations argileuses, sableux sur des formations à sables rouges, sablo-limoneux sur sables argileux ou sur des argiles plus ou moins sableuses.

Ces sols légers se réchauffent rapidement, ce qui hâte la bonne maturité du raisin (minimum 170 grammes de sucre par litre de moût) . Ils font aussi office d'un bon drainage, ce qui est un avantage précieux dans les années humides et tardives. Le Cher, situé à proximité de la zone géographique, assure un rôle de régulateur thermique qui favorise un démarrage rapide de la végétation au printemps et un fonctionnement régulier de la plante en été. Cette situation permet d’expliquer la meilleure précocité de ce vignoble par rapport aux sites voisins du Cher plus au nord.

Quincy est sous influence d’un climat océanique altéré, avec une répartition régulière de précipitations saisonnières, le climat est relativement sec (<700 mm/an) et chaud en été.

Malgré le succès du sauvignon, le vignoble recule de moitié dans les années 60/70, pour redémarrer au milieu des années 80. Et ça n’est qu’au milieu des années 80 que le vignoble amorce sa renaissance avec l’arrivée d’une nouvelle génération de vignerons. En 2006, il y a une trentaine de viticulteurs sur une surface de 220 ha de vignes, surface retrouvée du vignoble de 1936 et qui produisent 12 000 hectolitres de vin. La taille des exploitations viticoles est aujourd’hui comprise entre 4 et 20 ha de vignes. Il y a une douzaine de chais de vinification où sont élaborés les vins de Quincy.

Aujourd’hui les vignerons ne sont plus principalement dans le village mais répartis sur Brinay, Quincy et les communes environnantes.