Saint-Joseph

160 domaines produisent 39000 hectolitres de vin sur une superficie de 1082 hectares avec un rendement moyen de 36 hl/ha. Le climat est continental-tempéré à méridional

Saint-Joseph : L’exigence pour nature ! Le Vignoble de Saint-Joseph s’étend sur la rive droite du Rhône au niveau du 45ième parallèle. Le vignoble est planté sur des coteaux abrupts, façonnés en terrasses depuis l’antiquité. Autrefois appelé « Vin de Mauves », ce sont les Jésuites qui, au XVIIe siècle, lui donnèrent son nom actuel.

L’appellation est aujourd’hui connue pour ses vins rouges issus de Syrah. Ce sont des vins à la fois puissants et fins, qui expriment des arômes de poivres et d’épices, accompagnés souvent d’une note de violette, mêlés de notes plus minérales. L’appellation produit également 10% de vins blancs élaborés à partir de cépages Roussanne et Marsanne.

Né sous la colonisation grecque, le vignoble est ensuite cultivé par les romains, séduits par ces coteaux très abrupts de la rive droite du Rhône.

L’A.O.C. tient son nom d’un vignoble situé entre Tournon et Mauves. Déjà apprécié des grandes tables européennes et russes, le Saint-Joseph compte aussi Charlemagne parmi ses amateurs. On trouve la première trace écrite de ce vin au XVIIème siècle. Mais ce sont les moines du monastère à qui il appartient qui lui donnent son nom. Plus tard, il sera cité dans « Les Misérables » de Victor Hugo : « Mon frère lui fit boire un peu de ce bon vin de Mauves qu’il ne boit pas lui-même, car il dit que ce vin est très cher ». 

Au XXe siècle, les vignerons se réunissent en syndicat de protection de l’appellation Saint-Joseph. Le 15 juin 1956, l’A.O.C. voit le jour. Elle court alors sur 6 communes (90 ha). En 1994, elle est restructurée et compte aujourd’hui 26 communes pour une superficie de 1082 ha. Le vignoble serpente de Chavanay à Guilherand, et fait ainsi le lien entre Condrieu et Côte-Rôtie au Nord et Saint-Péray et Cornas au sud.

Dans l’A.O.C. Saint-Joseph, 160 vignerons produisent principalement des vins rouges et plus confidentiellement des vins blancs, en monocépage ou en assemblage. Le cépage est principalement la Syrah pour les rouges – même si depuis 1980, il est autorisé d’ajouter éventuellement 10% de Roussanne ou de Marsanne – ce qui permet d’en affiner la puissance.

Outres les cépages précédemment cités, le Viognier y est aussi autorisé