Pic Saint-Loup

53 domaines produisent 23471 hectolitres de vin sur une superficie de 5300 hectares avec un rendement moyen de 50 - 60 hl/ha. Le climat est méditerranéen tempéré

L’aire d’appellation Pic Saint-Loup s’étend sur 13 communes, adossées aux premiers contreforts cévenols dans la zone des Garrigues nord de Montpellier, à 30 km du littoral méditerranéen. Ancré dans un paysage façonné par les sculptures naturelles et légendaires du Pic Saint Loup et du Causse de l’Hortus, ce petit bout de Languedoc possède tous les atouts d’un grand terroir : le relief, le climat, les sols, le vignoble et la passion de ses hommes.

Une « singularité climatique du Pic Saint Loup qui subsiste quel que soit le millésime », voilà ce qui caractérise ce terroir. Descendue des contreforts cévenols au Nord, l’influence du climat continental se mêle à celle du climat méditerranéen portée par la proximité du littoral au Sud. Les étés chauds et secs, précédés des printemps frais, alternent avec les saisons hivernales et automnales, froides et pluvieuses. Avec sa position de “sentinelle avancée des Cévennes”, le Pic Saint Loup influe sur la courbe de ces précipitations, qui enregistrant une moyenne de 1000 millimètres, assurent le besoin en eau nécessaire aux sols, et compensent le déficit pluviométrique que la vigne peut subir en saison estivale. Le terroir du Pic Saint Loup est le plus arrosé du Languedoc.

Ses températures et en particulier ses amplitudes thermiques sont également très caractérisées. Fortement contrastées entre le jour et la nuit en période de véraison, celles-ci favorisent une maturation optimale des raisins apportant richesse et équilibre dans les vins du Pic Saint Loup. Grâce à son relief, le terroir est préservé des forts coups de vent, mais bénéficie des souffles réguliers et modérés du Mistral et de la Tramontane qui protègent le vignoble des avancées du “marin” humide, facteur de maladies, tout en apportant un air frais et sec bénéfique au vignoble.

Les particularités climatiques réunies sur ce terroir contribuent à la typicité des vins du Pic Saint Loup et en façonnent l’expression organoleptique. Le territoire du Pic Saint Loup est marqué par les pointes calcaires du Pic Saint Loup de l’Hortus qui se font face, résultat d’un plissement de roche vers le nord à l’ère secondaire. Une géologie remarquable, qui, magnifiée par un microclimat propice à la culture de la vigne, explique la variété des vins du Pic Saint Loup.

En haut des côtes, sur la ligne de côte longeant les plateaux du Pic Saint Loup et de l’Hortus jusqu’à Corconne, se trouvent des éboulis calcaires qui offrent des sols profonds permettant l’adaptation de tous les cépages.

En bas de côte, affleurant à la surface, se trouvent les sols marno-calcaires jouxtés par endroit (à proximité des oueds) de sols composés d’alluvions colluvions déposés par la Méditerranée voilà 90 millions d’années.

En plaine, les sols constitués de glacis d’éboulis particulièrement profonds et poreux ont une excellente capacité de drainage offrant un apport en eau tout au long du cycle de la vigne.
On note quelques exceptions dues à cette activité géologique mouvementée comme à Lauret, par exemple, où les sols marno-calcaires se situent sur les hauteurs de la commune ou bien encore sur la mini plaine de la Gravette de Corconne qui se singularise par un étalement de glacis-éboulis.

A la limite sud de l’appellation quelques vignes se cultivent sur des parcelles de galets roulets ou sur des sols reconquis, là où affleure un mélange de calcaires durs et de terre rouge de décalcification.

Syrah, le Grenache et le Mourvèdre sont les cépages dominants du Pic Saint Loup.

Le Grenache est le cépage détenteur de la mémoire du Pic Saint Loup, mais c’est la Syrah qui règne désormais en maître.

Originaire de la vallée du Rhône, la Syrah trouve en Pic Saint Loup son territoire de prédilection pour affirmer ses caractères organoleptiques et sa typicité aromatique. C’est ainsi qu’elle trouve sa place de cépage dominant des vins du Pic Saint Loup, rouges et rosés.
La Syrah s’allie parfaitement au Mourvèdre, noble et puissant cépage venu de la péninsule ibérique. Deux cépages qui viennent rejoindre le Grenache pour assurer aux vins une belle structure et une bonne aptitude au vieillissement.

Dans un rôle secondaire le Carignan et le Cinsault, cépages complémentaires de l’appellation, participent également aux assemblages de certaines cuvées.